Tour de piste de Cipières LF0652

Procédures d'atterrissage et de décollage

fiche afpm tour de piste cipières lf0652
Nous rappelons que le pilote de montagne est responsable de ses actes et des conséquences de ses décisions. Cette note est rédigée à titre indicatif pour faciliter la prise de conscience des pilotes ULM et avion aux risques de notre environnement dans la zone de l’altisurface de Cipières.
Il y a deux tours de piste :
- le tour de piste montagne (standard). La piste est une piste école pour le perfectionnement au vol montagne avion et ULM
- le tour de piste ULM
Le nombre de tours de piste simultanés maximum par appareil est de 2, pour limiter l’impact sur l’environnement et le voisinage.
Elle a été mise à jour en juillet 2017.

A) Tour de piste montagne

Plan de la piste de Cipières LF0652

Il y a deux reconnaissances d’une l’altisurface :

La reconnaissance haute

S'effectue à 1 000 pieds QFE environ au dessus de la plateforme d’arrivée, soit 4 800 pieds QNH à Cipières.
Elle a pour but d’appréhender l’environnement de l’altisurface, en vue de répondre a trois questions :

1- Environnement.

- axe de décollage ?
- manche(s) à air
- est-il libre et dégagé sur mes trajectoires aux abords de la piste,
- l’accessibilité en vol et le roulage sont-ils faisables et adapté à ma machine ? voir câbles, téléphériques, clôtures de tous types, végétation, reliefs, accès, neige, présences faune, humaine, ….

- La plateforme est-elle libre ? attention en bas d’une piste montagne on ne voit pas la plateforme
- position des parkings et présence d’aéronefs
- position du droit à l’erreur ? après le point de non-retour (courte finale) l‘atterrissage est obligatoire il faut donc prévoir une zone d’aboutissement pour arrêter l’ULM si sur un mauvais plan d’approche (dû par exemple a des thermiques) ou une vitesse trop grande : choix d’un talus plutôt qu’un vallon !

Si tout est OK, aller à la question suivante,

2- Pourrais-je redécoller ?

Apprécier la force et la direction du vent ? Les thermiques ou le vent météo ?
Évaluer la longueur de la piste libre et son profil, son état de surface.
Se rappeler que plus l’altitude, la température de l’air est élevée et moins les marges de manœuvre sont grandes (portance, puissance moteur, …), et plus les indications de vitesse sont minimisées, les longueurs de décollage sont grandes, etc.

3- Quel tour de piste ?

- Visualisation du trajet reconnaissance basse, éloignement, vent arrière, base,
- Visualisation du point de contact « C », et point de « visé » A
Si la réponse est oui à ces trois questions, engager la reconnaissance basse


La reconnaissance basse

S'effectue à 50 pieds QFE environ le long de la piste avec 1 cran de volet
Elle a pour but de vérifier les conditions d’atterrissages :
- l’altitude de la plateforme d’arrivée (calage altimètre si nécessaire),
- l’état de la piste sur le cheminement choisi (ornières, boues, cailloux, herbes hautes, etc.)
- l’aérologie au sol le long de la piste, vérification manche(s) à air
- l’état de la zone de contact choisie
NB : la reconnaissance basse ne peut se faire dans l’axe de la piste les détails ci-dessus indiqués seraient invisible au pilote. La piste doit être à gauche du pilote (pilotage à gauche).
En fin de reconnaissance basse, se remettre en montée (trajectoire baïonnette) vers la branche vent arrière (+ 200 pieds environ), 1 cran de volet.

B) Tour de piste ULM

Tour de piste Cipièes LF0652

Tracé en rouge sur la carte, il s’agit du tour piste court, dont la branche vent arrière est au nord de la piste.
Depuis l’ouest du Castellaras à 5 200 pieds QNH mini, passez verticale au sud des installations 4 200’ QNH environ, puis rejoindre la vent arrière au nord de la piste, puis descente directe vers le point de visée en courte finale 09.
Ce tour de piste est utilisé par les pilotes basés lors de vol en local, au retour de navigation ou pendant les perfectionnements au pilotage montagne, et par les pilotes ULM connaissant la piste.
Il peut être utilisé pour l’écolage ULM pour les non basés sous réserve de la connaissance par les élèves pilotes ULM du tour de piste standard montagne pour prévenir les risques de collision. En effet la trajectoire « ULM » coupe la trajectoire « TP montagne » lors de la reconnaissance basse et en courte finale, les pilotes d’ULM ne peuvent ignorer cette spécificité.

Tour de piste ULM en vidéo

C) Procédure radio Auto-information

Procédure radio Auto-information


La radio est obligatoire pour tous les aéronefs autour des altisurfaces. La fréquence utilisée est 130,00 Mhz en auto information. Les pilotes indiqueront leur position conformément aux procédures aéronautiques habituelles. Des précisions spécifiques aux altisurfaces et à l’altisurface de Cipières sont indiquées ci-dessous.
Par ailleurs il est nécessaire de s'annoncer, en auto information, dans les zones d’approche, soit au moins 5 mn avant d’atteindre le point d’entrée du Castellaras pour l’altisurface de Cipières.


IMPORTANT :
lors de de l’intégration dans le circuit de piste il important que tous les appareils en vol comprennent ou vous êtes situé et sur quel tour de piste.

- Si le message indique « F-FBHR …………… pour reconnaissance haute 4800’ dans 3 mn ». C’est le tour de piste standard montagne qui est utilisé
(avion ou ULM), voir les cartes altisurfaces rédigées par l’AFPM.

- Sinon on indiquera dans la phraséologie du tour de piste pour Cipières :
- « ULM F JJVK intégration dans le tour de piste ULM ……….. » pour intégration dans le tour de piste ULM » au nord de la piste,
- « ULM FJJFR en descente pour intégration dans le tour de piste ULM……. » pour intégration dans le tour de piste ULM.

Pour mémoire dans le tour de piste montagne sont annoncées les positions suivantes (exemple pour Cipières):
1 - Avant l’arrivée sur zone (5 mn) les intentions soit «……. destination Cipières pour reconnaissance haute»
2 - Avant de débuter la reconnaissance haute : « …… reconnaissance haute à Cipières a (altitude) QNH»
3 - En fin de reconnaissance haute : « …… en descente à l’Est des installations pour reconnaissance basse »
4 - En début de reconnaissance basse : «……reconnaissance basse à Cipières»
5 - En direction de la vent arrière (depuis le vent traversier) : « ……. éloignement vent arrière 09 »
6 - « …….  base 09 »
7- « …….  finale 09 »
8- « …….  courte finale 09 »

Ensuite voir la procédure radio habituelle.

D) Base de Cipières (pour les pilotes d’ULM)

Plan de la piste de Cipières LF0652

Plan d’occupation de la base et de la piste :

- Point d’arret 09 : coté Nord de la plateforme
- Droit à l’erreur : il s’agit de la trajectoire des appareils en difficulté (vitesse trop grande à l’atterrissage par exemple).
Le droit a l’erreur a Cipieres est dans l’axe de la piste tout droit ou en haut à droite. L’objectif étant d’arreter la machine. A noter qu’il n’est pas conseillé de tenter de redecoller en montagne quand on a depassé le « point de non retour ».

L'attérrissage à Cpières demande des connaissances spécifiques. Lisez la suite.

E) Vol dans le secteur montagneux de l'altisurface

Plaine de Caille

La montagne compartimente les espaces en créant des zones de résonance qui amplifient le bruit de nos appareils. Plus on est proche du sol et plus cette résonance est forte dans la vallée. C’est le cas de la plaine de Caille, ci dessus, si on vole plus bas que les crêtes sud, ou dans la vallée de Thorenc.
Même si la règlementation nous autorise à voler à 500 pieds QFE du fond des vallées voire moins dans certains cas, nous vous demandons de voler à 500 pieds mini au-dessus des crêtes environnantes. Nos espaces sont urbanisés et sensibles.
Il en est de même du passage des cols, exemple col de Bleine au Nord/Ouest de nos installations.

NB : dans le cadre du règlement du parc régional et de Natura 2000 les hélicoptères ont fait l’objet de remarques sévères parce que certains volent trop bas et dérangent les habitants et la faune. La FFPLUM Paca est intervenue avec réussite pour rappeler qu’il y a déjà une réglementation aérienne qui doit être respectée (hauteurs de survol) et qu'il est inutile de créer d’autres règlementations dans le cadre de Natura 2000. Mais faisons attention que par nos comportements nous n’obligions l’administration de réduire à nouveau nos libertés.

Si la circulation dans les vallées en montagne suggère de voler à droite de la vallée dans le sens de la route, évitez de survoler les villages placés souvent à flanc de montagne ou prenez encore plus d’altitude.

Nous rappelons que la hauteur de survol mini des parcs naturels est la suivante :
- Parcs naturels régionaux : 300 m (1 000’) voir carte ci-dessous zone rouge
- Parcs naturels nationaux : 1 000m (3 300’) voir carte zone verte

Pour certains parcs régionaux, comme celui du Verdon, la hauteur mini de survol peut être relevée pendant la saison estivale compte tenu de la présence importante de population.


Autres activités aéronautiques :

- Le parapente et le delta sont pratiqués au nord de nos installations à Gréolières, montagne du Cheiron, col de Bleine, Caille, et au sud Est vers Gourdon, etc. Ils suivent en général les crêtes ou les flancs sud de montagne. Il arrive qu’ils traversent les vallées de Gréolières les Neiges vers le plateau de Calern (et vis-versa), ou qu’ils prennent de l’altitude jusqu’à croiser nos trajectoires même élevées.

Inconvénient : à la même hauteur que nous ils sont difficilement visibles à partir de nos cockpits. Ils ne sont pas sur nos fréquences radio.
A noter qu’ils volent quand le thermique de pente est installée c’est-à-dire en général en fin de matinée ou d’après-midi. Soyez prudent.


- Vol à Voile : les planeurs partent essentiellement de Fayence, transite vers Caille et la montagne du Lachens puis vers le nord du département du Var ou la vallée de la Durance. Les planeurs sont sur la fréquence radio 129,975Mhz et rarement sur la fréquence montagne 130,00.

- Armée de l’air. Notre secteur est leur terrain d’entrainement : hélicoptères Tigre, avions de chasse, drones, …. peuvent croiser vos trajectoires. Ne faites pas l’économie de la lecture des Notams et autres bulletins d’informations aéronautiques militaires.

- Sécurité civile (Dragon 06 ou Dragon 83) et les bombardiers d’eau œuvrent souvent dans nos secteurs dans des conditions de vol difficiles.

Mirage 2000c en vol très basse altitude

F) Décollage et sortie de zone

Décollage et sortie de zone

- Sur ce point il n’y a pas de changement.
Montée vers le Castellaras, puis virer à l’ouest, puis au sud. La sortie de zone est à l’Est du Castellaras (départ vers le Nord). Voir plan ci-dessous.

Attention :
- le survol des installations scientifiques du plateau de Calern au Sud/Est doit être évité (laboratoires scientifiques)
- en fin de montée vers le Castellaras ne pas virer à l’Est pour éviter d’être a contre QFU de la vent arrière du tour de piste ULM.

Deux conclusions :

1 - Prudence notre secteur n’est jamais désert.
2 - Ne vous aventurez pas en montagne sans une formation spéciale.